Nouvelles d’octobre

Les amies de Bernard13 bdNouvelles suite au coup de téléphone à Christophe du 11 octobre 2015

Politique :

La situation est revenue au calme, après le putsch déclenché par le Régiment de la garde présidentielle. Son général a été emprisonné, l’ensemble du Gouvernement ainsi que le Président de transition ont repris leurs fonctions. Le processus des élections, prévues le 17 octobre, a évidemment été mis en stand-by pendant le mois de troubles, elles pourraient avoir lieu en novembre. Pour l’anecdote, Rasmata, qui était allée voir Célestin et son fils ainé (Lucien, qui rentre en 1ière cette année) à Ouaga en septembre, s’est retrouvée coincée à la capitale pendant 1 mois, puisque toute la ville était coupée du monde, sans possibilité de mouvement.

Je ne cesse de le dire, le peuple burkinabé nous montre l’exemple, d’un processus de gestion de crises, exceptionnel, capable de reprendre le chemin d’un processus démocratique, comme aucun autre pays africain ne sait le faire, et dont beaucoup d’autres pays devraient s’inspirer…

Agriculture :

Les pluies ont été régulières tout au long de la saison, ce qui a engendré trop d’eau dans les bas-fonds. Or certaines familles ont beaucoup de champs dans ces parcelles, leur récolte est donc compromise. En revanche tous ceux qui cultivent en zaï ou en demi-lune, auront des récoltes satisfaisantes. La récolte est commencée pour le niébé, d’ici fin octobre commenceront les récoltes d’arachides et de mil.

Chantiers agricoles :

Les premiers chantiers se sont bien passés, vers la fin octobre ils passeront à la phase de visites commentées, qui consistent à aller dans les champs de chantiers, et identifier ce qui a bien fonctionné, les erreurs à ne pas reproduire, faire des bilans, etc.

Animaux :

Globalement le bilan est positif. Christophe est en train de faire le tour des groupements féminins ayant bénéficié d’attribution de chèvres, poulets, porcs. Peu de mortalité, 3 groupements ayant reçu des porcs ont des bilans positifs, avec une rémunération très correcte pour les femmes bénéficiaires. Pour les chèvres, le principe de don d’une chevrette par les femmes ayant bénéficié d’un octroi, donne actuellement une multiplication par quatre des femmes ayant accès à une chèvre. La diffusion de l’action est donc plutôt positive.

1 arbre 1 enfant :

Les pépinières et plantations se font dans chacune des écoles des années précédentes, sauf à Kounkané, suite au départ du directeur Georges Baki (dommage, il faisait partie des rares directeurs vivant localement, et non à Yako, et il était capable d’initiatives originales), et les Parents d’élèves, sollicités, n’ont pas souhaité reprendre le flambeau. Le nouveau directeur, qui devrait arriver, sera sensibilisé par Christophe à cette action, pour redémarrer l’an prochain, espérons-le.

Groupes Para Scolaires, Alphabétisation, Formation Technique Spécifique :

Les 5 G.P.S (y compris le nouveau de Ouonon) ont été évalué par les animateurs de l’éducation informelle. Les bilans me parviendront d’ici peu.

Idem pour les centres d’alphabétisation.

Pour les Formations Techniques Spécifiques, il a été choisi, pour les 30 jeunes filles, d’apprendre à fabriquer 3 produits traditionnels :

Le Soumbala, sorte d’accompagnement de plats, conçu à base de graines ramassées brousse
Le Coula coula, beignet à base d’arachide, provenant de la séparation de la fraction solide et de l’huile, et frit dans son huile (entre parenthèse, excellent)
Le Kalra, condiment à base d’oseille.

Les raisons de cet apprentissage, proviennent d’une part du fait que les huiles « industrielles » trouvées à la ville, sont de plus en plus frelatées (parfois à base d’huile de vidange), avec les conséquences que l’on peut imaginer, et que d’autre part les jeunes ont de plus en plus tendance à utiliser les fameux cubes Maggi (dont la pub est ‘jusqu’au bout du double goût’), dont malheureusement la composition en sel doit aussi être fortement doublée, sans compter les dosages de cuisine qui sont larges. Or la population dans son immense majorité souffre d’hypertension, avec tous les problèmes de santé qui en découlent. L’initiative de revenir à des produits locaux, sains, à fabrication maîtrisée, et à coût moindre, me semble une idée optimale.

Santé :

A cause des pluies régulières, le nombre de moustiques est important, les crises de paludisme sont donc fréquentes en ce moment. La population est manifestement de plus en plus sensibilisée au geste de venir consulter au dispensaire dès que l’on est malade (grâce en partie au travail de la Troupe Théâtrale), car la file d’attente des consultations le matin, est parait-il impressionnante, d’après Christophe. Souhaitons que ce ne soit pas le signe que la population est plus malade qu’avant…

La Voûte Nubienne :

Les actions de sensibilisation par les personnes-clés du partenariat AKNGS/AVN portent leurs fruits, quelques chantiers sont en cours. L’un d’entre eux est financé par François Turpin, qui était l’initiateur du partenariat Ernée/Gomponsom. Il s’agit d’une maison d’habitation, construite en bordure du périmètre de la Cour des NAAM, à proximité du moulin (sur la route en allant vers Tinkoaguelga, pour ceux qui connaissent). Bonjour la tranquillité, le moulin peut fonctionner jusque très tard dans la nuit, en saison, et un diesel de ce type, question niveau sonore et fumées âcres, ce n’est pas de l’Euro 6 !!!

La maison est à destination des personnes de passage à Gomponsom, pour des formations, ou des touristes, etc.

Dans le cadre du financement que nous assumons sur 3 ans, 3 jeunes de Gomponsom ont été identifiés, et participent aux chantiers, pour se former.

Lycée de Gomponsom :

Pour faire face à l’augmentation permanente du nombre de collégiens, 4 classes supplémentaires ont été construites par le partenariat avec Ernée, ainsi que 3 financées par les Parents d’élèves. Et pour réduire sa taille en nombre d’élèves (plus de 1000 d’après les chiffres que j’avais l’an dernier), 2 C.E.G. sont en cours de construction dans les villages de Zougoungou et Pongyango.

Par ailleurs, il y a un projet de construction de 3 classes à l’école de Zambélé, plus un projet de C.E.G. financé par une Association Luxembourgeoise

Infos générales :

L’électricité est arrivée à Gomponsom, via Pongyango, qui se situe sur l’axe Yako-Kirsi. Je présume que pour le moment, principalement les boutiques, ainsi que quelques particuliers qui s’étaient déclarés en fin 2014, sont raccordés.

Publicités
Cet article a été publié dans La vie de l'association. Ajoutez ce permalien à vos favoris.