Elevage

SUR LA ROUTE DEVANT LA COUR DES NAAM003 bdL’élevage est majoritairement une activité des femmes, à part l’élevage de bœufs.

-Moutons

L’élevage de troupeaux de bovins reste plutôt l’apanage des tribus Peuls, les paysans burkinabés ont plutôt l’habitude d’élever des moutons, et l’engraissement de quelques moutons conservés à l’abri de la concession (cour intérieure de la famille) permet de faire un bénéfice important en revendant ce mouton, par exemple pour des fêtes. Le démarrage d’une action d’élevage de ces « moutons de case », par l’octroi d’un prêt pour l’achat du mouton (de l’ordre de 8500 CFA), permet à une femme de revendre ce mouton à un prix proche du double, ce qui lui génère un bénéfice important après remboursement du prêt. Cette action initiée par l’Association a été reprise en 2005 sur le plan financier par la Banque paysanne locale, et s’étend actuellement sur environ 90 femmes. Les remboursements à échéance de 6 mois avec un taux de crédit de 6% sont en général de 100%, sauf évènement exceptionnel (épidémie, non-vente).

Un aspect non-négligeable est que cet argent appartient à la femme qui nourrit ce mouton, et non à son mari, ce qui a une incidence bénéfique sur les finances de la famille, cet argent pouvant être utilisé pour nourrir, soigner, éduquer les enfants, et non à acheter un vélo ou boire avec les amis, comme c’est assez souvent le cas lorsque l’argent est gagné par le mari…

- Poules pondeuses

Toutes les femmes ou presque ont des poules ou des pintades, qu’elles élèvent pour avoir un peu de viande (à manger dans la famille lors des fêtes ou pour vendre). L’élevage pour la vente d’oeufs n’est pas traditionnel, en particulier parce que la variété de poules locale est « peu prolifique » en œufs. La consommation d’œufs est d’ailleurs plutôt une habitude des villes et se fait très peu dans les campagnes. Une de  nos actions annuelle consiste à financer une formation (en particulier sur les règles d’hygiène des poulaillers) et la fourniture de lots (1 coq 5 poules) à une quinzaine de nouvelles femmes chaque année.

- Autres

Nous avons aussi soutenu des actions d’aide à l’accession à des canards et chèvres laitières.

- Bœufs – Troupeau

Suite à une demande de l’Association Kombi-NAAM, a été initiée en 2003 un projet-pilote d’embouche bovine, par l’acquisition de 3 boeufs. Le bilan fait en 2006 de cette expérience pilote, permet de dire que l’intérêt pour les bénéficiaires est réel, surtout par l’aide apportée pour les travaux des champs, plus que par la plus-value financière lors de la revente. Il avait donc été décidé de démarrer une action d’acquisition de boeufs pour 3 bénéficiaires chaque année, l’apport d’argent initial et les remboursements annuels permettant d’octroyer 3 nouveaux boeufs par an.

Cette action a été abandonnée après 2 années à cause des risques trop importants (mort ou vol des bœufs).

Nous avons basculé sur un projet de constitution d’un troupeau collectif pour l’AKNG, qui le gérera soit en vente des « petits » aux membres de l’association, soit en vente du fumier pour les cultures, soit en location des beoufs pour les travaux des champs.

Cette action initiée en 2013 démarre tout doucement (4 vaches dans le troupeau en 2015)

Publicités
Cet article, publié dans Actions, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.